Pourquoi et comment louer un gîte ?

Vous êtes propriétaire d’une demeure de charme, d’une ferme, d’une annexe à votre résidence principale que vous n’utilisez que partiellement ou pas du tout ? Pourquoi ne pas augmenter vos revenus en accueillant des vacanciers !

C’est un retour par ressort ! Avec des journées ensoleillées, les chalets et les chambres seront remplis de touristes à la recherche de vacances amicales et bon marché. Vous pouvez aussi profiter de cet enthousiasme, mais seulement si vous respectez certaines règles.

Gîte et chambre d’hôtes

L’ouverture d’une chambre d’amis n’est pas très restrictive. Il s’agit de louer une ou plusieurs pièces de la maison principale au jour le jour. Comme à l’hôtel, les draps et le linge de maison sont fournis et le petit déjeuner est inclus. Dans cette configuration, vous accueillez les touristes dans votre maison, dans des pièces spécialement aménagées. Pour être considérée comme une chambre d’hôtes, la chambre doit avoir une surface minimum de 12 m² et permettre l’accès aux toilettes (privées ou non).

Le gîte, quant à lui, est un logement indépendant de votre résidence, généralement situé à proximité. Loué pour le week-end ou la semaine, il doit être équipé comme s’il s’agissait de votre propre maison (hors draps et couettes). Il doit y avoir du chauffage, une cuisine entièrement équipée. Il doit également disposer d’au moins un espace extérieur tel qu’une terrasse ou un jardin (privé ou non).

Location de gîte: procédures et formalités

Pour ouvrir une chambre d’hôtes, une simple déclaration à la mairie suffit. Ce processus est gratuit. En outre, depuis le 1er janvier 2016, la vente de boissons pour le petit déjeuner est gratuite et ne nécessite plus d’autorisation. Les prix incluant la TVA pour les nuitées et le petit déjeuner doivent être affichés à l’extérieur du bâtiment, à la réception et dans chaque chambre. De plus, une note doit être remise au client pour tout service égal ou supérieur à 25 euros. Cependant, il est possible d’offrir seulement 5 chambres pouvant accueillir un maximum de 15 personnes.

L’ouverture d’un gîte rural nécessite également une déclaration à la mairie. Le propriétaire doit établir un contrat écrit pour chaque location (description des lieux, prix, conditions de paiement et d’annulation, nombre maximum d’occupants, montant de la taxe de séjour…) En principe, un gîte peut accueillir jusqu’à 12 personnes. Cependant, il existe des formes d’hébergement spécifiques qui peuvent accueillir des groupes jusqu’à 100 personnes (hébergement de groupe). Gîtes ou chambres, afin d’optimiser vos possibilités de location, vous pouvez obtenir un label auprès d’un des nombreux organismes spécialisés (Clévacances, Gîtes de France…). Cette formalité n’est pas obligatoire, mais elle rassurera les candidats à la location et facilitera leur recherche.

Gains et fiscalité en louant une maison de vacances

Selon l’organisation Gîtes de France, le tarif moyen pour une semaine en gîte est de 365 € et 54 € pour une nuit en chambre d’hôtes. Bien sûr, les prix sont gratuits, mais l’intérêt pour l’offre existante dans votre région vous donnera une idée des prix appliqués. Les revenus provenant de la location saisonnière d’une chambre ou d’une résidence meublée sont imposables aux fins de l’impôt dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux (ICB). Toutefois, les locataires de chambres d’hôtes peuvent bénéficier du forfait micro-BIC si leurs revenus ne dépassent pas 82 200 euros. Dans ce cas, ils ne sont imposés que sur 29 % de leur revenu. Les propriétaires de gîtes peuvent également bénéficier de ce régime avantageux, à condition d’en avoir fait la demande auprès d’un organisme agréé par le Comité Français d’Accréditation (www.cofrac.fr) pour le classement « meublé touristique ».