Quelles sont les start-up qui participent à la vague de l’innovation dans les Ehpad ?

L’évolution démographique en France peut se résumer à un constat simple : la population française vieillit plus vite qu’elle ne se renouvelle, en raison des baby-boomers qui sont devenus petits-enfants. Et cette tendance se poursuit : dans les 40 prochaines années, l’INSEE prévoit un doublement de la population âgée de plus de 75 ans, soit 13,7 millions de Français et de Françaises en 2070.

La question de l’anticipation de ce vieillissement est aujourd’hui derrière nous, mais les réponses actuelles ne suffisent pas et les besoins latents n’ont pas été suffisamment pris en compte : la volonté des personnes âgées de vieillir à domicile (83% des Français interrogés disent vouloir vieillir à domicile, contre 3% des maisons de retraite selon une enquête Consumer Science & Analytics), la capacité des institutions hôtes à offrir un accompagnement adapté pour réussir l’interaction des différentes générations….

Beaucoup reste à faire bien que l’innovation ephad continue à progresser, d’autant plus que ce marché des personnes âgées est devenu officiel en 2013 sous le nom de silver economy, un secteur industriel lancé à l’époque par Arnaud Montebourg, alors ministre de la Relance productive, et Michèle Delaunay, ancienne sous-ministre des personnes âgées et de l’autonomie. Le lancement de ce secteur a posé ce besoin d’innovation mais aussi le potentiel du marché de la pierre : la silver economy est estimée à 130 milliards d’euros en 2030 selon le CREDOC.

Cinq ans après le lancement du secteur, une cinquantaine de start-ups sont aujourd’hui solidement implantées dans le secteur français de l’économie de l’âge.

Innovation ephad : les 3 grands défis

Initiatives pour aider les personnes âgées à être autonomes à domicile,

Initiatives visant à encourager les personnes âgées à maintenir leurs liens sociaux et à interagir avec les soignants,

Commencer à améliorer les soins de l’EPHAD et à développer de nouveaux dispositifs médicaux.

Assurer les soins à domicile

La priorité pour les personnes âgées est de rester à la maison et d’éviter d’être incluses dans EHPAD, d’autant plus que tout le monde ne peut pas se le permettre. Mais la réalité est écrasante : en France, il y a plus d’un millier de chutes dans la maison chaque jour, causant en moyenne environ 30 morts. Le marché domestique de la téléassistance est donc en pleine croissance et devient de plus en plus innovant, notamment grâce aux objets qui y sont liés. SeniorAdom et Creative Specific Software (C2S) en sont deux exemples.

Innovations maison de retraite : les starts-ups à la pointe

SeniorAdom offre une solution pour la détection des chutes et des inconforts pour les personnes âgées, à travers un boîtier intelligent, connecté sans fil aux capteurs installés dans la maison, et capable, grâce à son algorithme, de détecter les mouvements inhabituels de l’habitant et de prévenir ses proches à distance. Creative Specific Software (C2S) a également développé un système de détection de gouttes pour l’EHPAD et la maison, qui sera commercialisé à partir de 2015.

Par ailleurs, pour permettre aux personnes âgées d’accéder à l’autonomie, les startups ont travaillé sur la question de leur mobilité : c’est le cas de Citizen Mobility, un service de covoiturage pour les personnes âgées. Grâce à la géolocalisation des passagers, l’application permet au conducteur de prendre en charge un plus grand nombre de personnes âgées dans une zone proche, ce qui rend le trajet moins cher qu’un trajet en taxi classique. Le chauffeur vient chercher les personnes âgées devant leur domicile et les aide à transporter leurs bagages.

Faciliter les soins

Cependant, les soins à domicile pour les personnes âgées restent impensables sans interaction avec les soignants. Trop souvent, la famille et les amis sont les seuls soignants (selon une enquête Cap retraite en 2015, 84 % des soignants sont les enfants ou les conjoints du soignant). Cette situation touche plus de 10 millions d’aidants en France, dont la moitié sont rémunérés. Et parmi ces soignants, entre 30% et 50% sont déclarés déprimés.

C’est pourquoi le démarrage de Prev&Care s’est donné pour mission d’améliorer la vie quotidienne des familles en termes de gestion du temps et du stress. Il offre une plateforme d’aide et de conseil aux familles. Des experts médicaux, sociaux et familiaux s’occupent de toutes les questions liées à la fragilité d’un être cher par téléphone ou en physique et, si nécessaire, dirigent les familles vers leurs partenaires (maisons de retraite, médecins, etc.).

Comme pour les aidants, les startups ont relevé le défi de mettre les personnes âgées en contact avec des étrangers. Silver in Touch, par exemple, propose de mettre en relation des personnes de plus de 60 ans avec des jeunes ; Les Talents d’Alphonse publie une plateforme collaborative ouverte aux personnes de plus de 55 ans qui offrent aux retraités la possibilité de rencontrer des jeunes pour partager leurs compétences manuelles ; Famileo a développé une application pour agréger des photos depuis son téléphone et les envoyer aux grands-parents par courrier, sous forme de « journal familial ».

Pour adoucir le positionnement

Enfin, lorsque la personne âgée est dépendante et que les soins à domicile ne sont plus possibles, le placement dans un EHPAD reste la meilleure solution. Les 7200 EHPAD en France accueillent 600 000 salariés. Les évolutions du secteur, annoncées notamment par Agnès Buzyn fin mai dans son plan d’action pour les EHPAD, s’accompagnent d’un effort significatif d’innovation, tant en termes de services que de R&D.

Innovation santé : les 16 startups françaises qui façonnent l’avenir de notre santé

Happytal, par exemple, travaille depuis 5 ans pour améliorer la qualité de vie à l’hôpital, en offrant un service de conciergerie qui fournit les petites attentions des proches directement dans la chambre, comme un bouquet de fleurs ou un journal. Blue Frog Robotics est une autre étoile montante de la technologie française. Son robot Buddy, conçu pour interagir avec les personnes âgées, était l’une des attractions du CES Las Vegas de cette année. D’un point de vue médical, Eyebrain a développé un dispositif non invasif breveté, sous la forme d’un casque frontal, pour suivre les mouvements oculaires et détecter plus rapidement les maladies neurodégénératives.

L’écosystème des startups françaises gravitant autour de l’économie de l’argent semble donc être à un moment crucial de son développement. A la frontière entre les objets connectés, les plateformes collaboratives, la santé en ligne et le développement de dispositifs médicaux innovants, cet écosystème rassemble des start-ups prometteuses. Les jeunes pousses de l’économie d’argent sont confrontées à un enjeu démographique au cœur du débat et seront confrontées à des défis majeurs dans les années à venir.